Segouinfos/Segukunnafoni

Un site utilisant WordPress.com

Archives de Catégorie: Développement

A-t-il été facile de conduire Ségouinfos en 2011 ?

L'image d'illustration de Ségouinfos par wordpress


L’année 2011 vient de prendre fin. Le projet de connexion des villages de Ségou a laissé une petite trace dans cette année qui vient d’être écoulée. Mais je dirais, par rapport à la statistique de wordpress sur le blog de Ségou infos (un blog animé par sms par les participants depuis les villages) que, si c’était réellement un car, le conducteur aurait eu quelques difficultés de le conduire durant l’année 2011 et souhaiterait avoir des propositions de solutions à certains des problèmes.

Ségou infos est un blog animé par sms par les relais depuis certains villages maliens. Ils m’envoient leurs écrits à un numéro de téléphone cellulaire, je fais la saisie et publie sur le blog. Le constat prouve que le blog n’a pas été animé à la hauteur du souhait quelques fois par manque de crédit de recharge téléphonique.
Nous aurions aimé avoir un système d’envoi d’sms à multiples destinations (gratuit serait même mieux) par téléphone ou ordinateur.

Certains participants ont des difficultés d’envoyer des sms à cause de l’état de leurs téléphones.
Nous voudrions lancer cet appel de récupération de téléphones d’occasion. Si vous avez des anciens téléphones que vous n’utilisez pas, ils seront une très grande aide dans les activités de blogging au village par le projet de liaison des villages aux villes maliennes en matière d’information.

Une des grandes difficultés se situe au niveau des images. Chaque article doit être accompagné, mais par manque d’appareils photos numérique, certains articles sont publiés sans images. Comme solutions, nous aurions besoin de soutien en appareils photo numérique et cartes mémoires téléphoniques.

Le projet a commencé avec l’envoi d’sms par téléphone, mais espère dans les jours à venir travailler sur Internet depuis les villages. C’est pourquoi, cette initiative a été testée et réussie : Internet mobile dans les villages maliens.
A ce niveau également, nous aurions besoin de soutien matériels : ordinateur d’occasion, plaques solaires, batteries, clé Internet 3G, et transformateur d’énergie pour avoir cet équipement de connexion dans au moins 5 villages pour faciliter le travail au participants. C’est pour cette idée qu’à lieu cette formation à Dioro à Ségou.

Le problème se situe seulement au niveau matériel ? Non, il est aussi d’ordre humain. Ce projet m’a donné l’expérience de savoir qu’il n’est pas facilite de mener des projets de volontariat au village. Des comme parle de projet, les gens déjà pensent aux primes de formation comme ils ont l’habitude de percevoir avec les grands projets partout au Mali. Quelques fois, même ceux qui trouvent le courage d’entamer dans le cadre de volontariat, si leur délai d’imagination passe sans avoir quelque chose entre les mains, ils se découragent et laisser tomber. C’est d’ailleurs cette partie qui est la raison principale qui fait que les petites initiatives ne partent pas loin chez nous. On en parle dans les rencontres, dans les ateliers, mais je me dis toujours qu’avec patience, échange, information, sensibilisation, les choses pourront bouger et le conducteur de ce car imaginé par wordpress espère pouvoir conduire ce véhicule à destination : la réussite du projet.

Par rapport
à tous ces problèmes évoqués, vous pouvez nous proposer des solutions afin que Ségouinfos puisse bien continuer ses activités en 2012.

Internet mobile dans les villages

@fasokan sur Internet mobile dans les villages maliens

Comment se connecter à la Toile dans les villages ruraux quand il n’y a souvent ni cybercafé, ni électricité, ni ordinateur ? La solution, c’est Internet mobile.
Internet mobile est un ensemble d’équipements Informatiques et électriques permettant de se connecter à Internet partout où l’on se trouve dans les campagnes.

L’unité Internet mobile est composée de:
– un ordinateur portable d’occasion et un Smartphone,
– un panneau solaire pour fournir l’électricité,
– une batterie pour le stockage de l’électricité,
– un transformateur pour avoir le voltage correct pour l’ordinateur et le Smartphone,
– une clé 3G rechargeable mensuellement qui assure la connexion à Internet partout.

La durée de la connexion :
Aussi longtemps que le soleil brille, il n’ya aucun problème pour avoir la connexion dans les villages à partir de cet appareillage. Quand la batterie est bien chargée, on peut passer des heures de suite à naviguer sur Internet.
Internet mobile testé à Cinzana-Gare et à Diorro dans la Région de Ségou:

Quelques jours de formation à Internet mobile ont été tenu à Cinzana-gare et à Diorro avec Internet mobile.

Les marchés hebdomadaires au village

En ville, les marchés sont quotidiens, mais ils sont hebdomadaires au village. Beaucoup de gros villages a son marché qui constitue un point de rencontre entre les populations de la communauté et entre les communautés rurales et urbaines.

La vente des produits locaux au marché.

Les commerçants de la ville amènent des marchandises qu’on ne trouve pas facilement dans les villages et ceux des villages amènent des marchandises qu’on ne trouve pas dans les villes. C’est un échange total d’abord entre les commerçants des deux côtés et également entre tous les commerçants et les clients. Cela dévoile le secret de savoir d’où viennent certains produits locaux qu’on trouve facilement dans les marchés en ville.

En plus de ces échanges dans le cadre du commerce, les marchés hebdomadaires au village constitue également un lieu de partage d’information, d’échange de culture, de mode de vie, et même de tenue vestimentaire et de tresse chez les femmes.
Les actualités dans les différents villages de la communauté sont partagées au marché. Tout se qui se passe dans tel ou tel village durant la semaine est partagé avec les autres au marché, C’est cette manière aussi que les villageois sont au courant de tout ce qui se passe dans les villes. Mais dans la plupart des cas, même s’il y a toujours une part de réalité, on assiste généralement à des déformations de la vraie version des faits parce que c’est de bouche à oreille.
De même, l’interaction entre les commerçants des villes et ceux des villages est un facteur d’échange de culture et de mode vie. Mais très généralement, ce sont les villageoises qui imitent les citadines en matière de modèles de couture et de tresse. Cela est une des causes, en plus de l’exode rural et d’autres facteurs, de la tendance de modernisation du milieu rural.
Ainsi, nous assistons à la disparition de certaines pratiques anciennes au village et à certains modèles de tresse chez les femmes

SMS infos: les femmes sont sur tous les fronts au village

Au village, du matin au soir, les femmes sont sur tous les fronts : activités ménagères, l’entretien des enfants, travaux champêtres à côté des hommes et les activités de revenue comme ramassages des noix de karité.


La formation continue bien dans les villages

« La manière d’accueillir le marabout lui permet de s’assoir sans crainte » dit un proverbe bambara. Dès notre arrivée dans la commune de Dioro, nous nous sommes adressés aux autorités locales pour leur expliquer l’objet de notre venue chez eux et le but visé par cette formation au bloging par Internet et par sms dans la Région de Ségou d’abord avant de l’étendre sur d’autres localités. L’idée fut facilement comprise et appréciée par tous. Immédiatement, sans perdre de temps nous avons commencé la formation dans le centre multimédia de la localité et des volontaires de village se sont tout de suite joints à nous. Plus la nouvelle de notre présence atteint le village, plus nous recevons des volontaires et chacun participe à la formation selon l’intérêt qu’il accorde à l’initiative.

Ce que nous notons aujourd’hui, c’est la facilité de l’utilisation du clavier par les participants. Beaucoup d’entre eux, même s’ils ont toujours eu envie de le faire, ils n’avaient jamais utilisé l’ordinateur.

« Avant, je n’avais jamais utilisé l’ordinateur, mais avec cette formation, je constate que c’est facile, il suffit d’avoir la volonté », nous raconte Oumar Dembélé, enseignant à l’école fondamentale de Zambougou.

« Je viens de quitter une formation en envoi d’sms dans le domaine de la santé. Il s’agit pour une équipe en place, l’état de santé des familles et l’état d’évolution des malades et d’envoyer le rapport par sms à notre chef dans la ville de Ségou. Quand j’ai appris que vous êtes également pour une formation en envoi d’sms, je me suis dit que ça ne fait qu’un plus chez moi dans le cadre de mon servir. Ça me sert encore plus dans la mesure où, malgré l’existence de ce Centre Multimédia chez nous ici, nous n’avons pas assez de notions en matière d’Internet », nous raconte également M. Kassoum.

Selon M. Drissa Traoré, cette formation et l’initiative de publication d’information depuis les localités rurales est un grand appui pour lui dans ces activités. Technicien agronome à la retraite, il anime les émissions sur l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’éducation, la causerie avec les vielles personnes dans les villages et la recherche de la plus vielle personne de la localité. Notre père depuis le début de la formation est toujours attiré par l’initiative et ne cesse de nous évoquer la portée qu’il donne à l’idée et continue à nous encourager de continuer. Il est prêt à continuer avec nous et on le considère le sage du groupe.

Aujourd’hui, chacun d’entre eux se débrouille bien sur la saisie de texte sur Word pour les articles, à la recherche d’information sur Google, ils s’exercent à s’envoyant des mails avec fichiers joints (textes écrits et images.) Ils ont été beaucoup attirés hier par cet échange sur twitter avec d’autres personnes en ligne.

Vous verrez bientôt leurs présentations en ligne qu’ils ont écrites eux-mêmes.

 

Une formation de bloging par Internet mobile et par sms dans les villages maliens

Ce samedi 18 juin 2011, les Toujours Pas Sages, dans le cadre du projet de connexion des villages de Ségou, Ségou villages connection project,  Les Toujours Pas Sages ont commencé une formation des populations rurales dans le village Dioro, situé à 70 km de la ville de Ségou.

Ségou villages connection project est un projet qui vise à relier les villages de Ségou à la ville de Bamako en matière d’information sur les actualités, les traditions, la culture et les activités quotidienne des populations locales. Ce projet vise également à lutter contre la fracture numérique en milieu rural par Internet mobile et par sms. C’est pourquoi elle est basée sur l’apprentissage de l’informatique, l’Internet et de l’envoi d’information par sms par les villages. Ainsi, il s’agit d’apprendre aux participants à animer le blog de ségouinfos créer pour l’occasion, donc bloguer depuis les villages par Internet mobile et par sms.

Dans un vieux bâché, nous sommes six personnes à arriver à Dioro ce samdi, le jour de la foire hebdomadaire de ce village. A ces six personnes se sont ajoutés les participants de Dioro dont le nombre croit chaque parce que l’initiative à plu à beaucoup de personnes selon lesquelles c’est une occasion pour découvrir certaines donner de l’internet et de publier les informations de leur localité.

Pourquoi les choix est porté sur Dioro ?

Le village de Dioro est doté d’un centre multimédia par les Projets Villages du Millénaire. Les populations ont accès à la salle à moindre frais, mais ils fréquentent moins cette salle à cause du fait qu’ils n’ont pas une grande notion en matière de nouvelles technologie de l’Information et de la communication.  Notre formation vient  en aide aux volontaires qui veulent apprendre plus dans ce domaine et de publier les informations de leurs localités par Internet ou par sms pour l’animation du blog Ségouinfos. Il s’agit alors de créer un lien entre les apprenants des villages de Dioro, de Ségou villes, de Cinzana-Gare, de Zambougou et de Ngakoro qui pourront au-delà de l’animation du blog, échanger sur des sujets villageois et  africains avec le reste du monde  sur le web.

Dioro est également une zone rizière au bord du fleuve Niger et une commune agro-pastorale comblée de traditions et de culture par le fait que certains des très grands vieux villages du Mali s’y trouvent. Ainsi, les relais de Dioro ne manqueront pas de sujets à partager avec le monde en matière de tradition et de culture malienne.

Formation à suivre.

 

 

Les boutiques sont non-stop en Europe

En Europe, du moins en Italie, c’est sur ça que je peux parler, les boutiques se vendent 24/24 par alternance entre les humains et les machines. Chaque qu’on a besoin d’un produit, on en trouve. Le lendemain de mon arrivée en Italie était le jour de l’anniversaire de leur indépendance. Toutes les boutiques étaient fermées. J’ai été pincé par une très grande envie de pouvoir fumer alors que je n’avais plus dans mon paquet que j’avais depuis Bamako. Quand mes yeux se sont fatigués de tourner à droite et à gauche sans voir aucune boutique ouverte, j’ai finalement demandé aux italiens avec lesquelles j’étais. Du coup, nous nous sommes dirigés vers une machine accrochée au mur avec le dessin de chaque marque de cigarette.

Il s’agissait maintenant d’appuyer sur le dessin de la marque de cigarette que tu veux pour connaitre le prix du paquet et introduire de l’argent à travers un des trous que nous voyons sur la machine. C’est ce que nous avons fait et le paquet de cigarette et les pièces de monnaie restant au répondu à notre appel dans une plaque en bas de la machine. Nous avons ramassé la cigarette et l’argent et là j’ai commencé à chasser cette grande envie de fumer qui me pensait.

Alors j’ai commencé les questions et les réponses ont montré que c’est comme ça pour beaucoup de produits. Les boutiquiers vendent la journée, mais les soirs, les week-ends et les jours fériés, ce sont les machines qui vendent les boutiques.

Du coup j’ai pensé à cela : comment se baser sur le système de baby foot pour imiter cela ? Pour faire sortir les boules de baby foot, il faut introduire de la pièce quelque part, je pense que c’est à peu près le même système. Là, je crois que je simplifie trop ! C’est un peu compliquer hein, mais je pense que les grands techniciens africains vont se mettre à réfléchir et de se mettre au travail pour donner plus de chance aux boutiquiers aux clients en Afrique.

Qui sera le premier à le faire en Afrique et à le mettre à notre connaissance ?

Qui sera le premier à donner le cadeau d’encouragement à celui-ci qui le ferra ?